En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.

alqies_logo260.png

 

Alqies_Titre.jpg

 
 

Les 4 dernières nouvelles

ALGER- La stratégie nationale de recherche et d’innovation sur l’intelligence artificielle (IA) 2020-2030 a été présentée lundi au siège du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.

Supervisant la rencontre, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, M. Abdelbaki Benziane a affirmé que cette stratégie avait pour but de «perfectionner les compétences algériennes en matière d’IA à travers l’enseignement, la formation et la recherche, d’une part, et renforcer ces capacités en tant qu'outil de développement permettant aux secteurs socioéconomiques d’aplanir les obstacles freinant la transition numérique en cours, d’autre part».

En effet, cette stratégie vise, dans les quelques années à venir, l’amélioration de la performance dans nombre de segments dits prioritaires, à l’instar de l’Enseignement supérieur, la santé, le transport, l’énergie et les technologies.

Elle permettra, également, l’exécution rapide des programmes et projets de développement, l’émergence d’un climat de travail innovant, le soutien aux initiatives et l’augmentation de la productivité.

Ladite stratégie a pour objectif de construire une base solide en terme de recherche, d'appliquer les dernières techniques de l'intelligence artificielle dans les différents domaines et de mieux exploiter les ressources humaines et matérielles disponibles, a fait savoir le ministre.

Il a également mis l'accent sur la conjugaison des efforts pour faire de cette stratégie un outil de maîtrise de l'économie de la connaissance, à travers l'habilitation de la société, particulièrement les étudiants à la maîtrise de l'intelligence artificielle et des nouvelles technologies en vue de bâtir la société de l'innovation et préparer une génération qualifiée.

La réalisation de ces objectifs est tributaire du lien université-entreprise, a-t-il soutenu, ajoutant que l'Université devrait accorder un intérêt particulier aux préoccupations des entreprises.

Pour sa part, le Pr. Ahmed Guessoum de l'Université Houari Boumediene (USTHB) a présenté les grands axes de cette stratégie, rappelant qu'elle est la somme du travail de 150 spécialistes algériens en intelligence artificielle résidant en Algérie et à l'étranger. Un travail d'équipe mené par les meilleures compétences algériennes en la matière qui a permis l'élaboration du "livre blanc de l'intelligence artificielle" renfermant le plan et les principaux axes de cette stratégie ainsi que les modalités de son application, a indiqué le professeur.

https://www.aps.dz/sante-science-technologie/116102-enseignement-superieur-presentation-de-la-strategie-nationale-de-l-intelligence-artificielle-2020-2030

 Publié Le : Lundi, 18 Janvier 2021 17:36   

Lire la suite

ALGER- La stratégie nationale de recherche et d’innovation sur l’intelligence artificielle (IA) 2020-2030 a été présentée lundi au siège du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.

Supervisant la rencontre, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, M. Abdelbaki Benziane a affirmé que cette stratégie avait pour but de «perfectionner les compétences algériennes en matière d’IA à travers l’enseignement, la formation et la recherche, d’une part, et renforcer ces capacités en tant qu'outil de développement permettant aux secteurs socioéconomiques d’aplanir les obstacles freinant la transition numérique en cours, d’autre part».

En effet, cette stratégie vise, dans les quelques années à venir, l’amélioration de la performance dans nombre de segments dits prioritaires, à l’instar de l’Enseignement supérieur, la santé, le transport, l’énergie et les technologies.

Elle permettra, également, l’exécution rapide des programmes et projets de développement, l’émergence d’un climat de travail innovant, le soutien aux initiatives et l’augmentation de la productivité.

Ladite stratégie a pour objectif de construire une base solide en terme de recherche, d'appliquer les dernières techniques de l'intelligence artificielle dans les différents domaines et de mieux exploiter les ressources humaines et matérielles disponibles, a fait savoir le ministre.

Il a également mis l'accent sur la conjugaison des efforts pour faire de cette stratégie un outil de maîtrise de l'économie de la connaissance, à travers l'habilitation de la société, particulièrement les étudiants à la maîtrise de l'intelligence artificielle et des nouvelles technologies en vue de bâtir la société de l'innovation et préparer une génération qualifiée.

La réalisation de ces objectifs est tributaire du lien université-entreprise, a-t-il soutenu, ajoutant que l'Université devrait accorder un intérêt particulier aux préoccupations des entreprises.

Pour sa part, le Pr. Ahmed Guessoum de l'Université Houari Boumediene (USTHB) a présenté les grands axes de cette stratégie, rappelant qu'elle est la somme du travail de 150 spécialistes algériens en intelligence artificielle résidant en Algérie et à l'étranger. Un travail d'équipe mené par les meilleures compétences algériennes en la matière qui a permis l'élaboration du "livre blanc de l'intelligence artificielle" renfermant le plan et les principaux axes de cette stratégie ainsi que les modalités de son application, a indiqué le professeur.

https://www.aps.dz/sante-science-technologie/116102-enseignement-superieur-presentation-de-la-strategie-nationale-de-l-intelligence-artificielle-2020-2030

 Publié Le : Lundi, 18 Janvier 2021 17:36   

Fermer


بمعدل 0.3 بحث في السنة بسبب انعدام البيئة البحثية بعد ساعات العمل

أساتذة الجامعة في الجزائر الأقل بحثا في الوطن العربي

  500بحث علمي منشور بالجامعات الجزائرية خلال سنة 2020

أكد البروفيسور الجزائري، نوار ثابت، عميد كلية العلوم لجامعة الشارقة، أن وضع المنشورات والبحوث العلمية في العالم العربي “غير مريح”، مقارنة بما تنتجه أوروبا منذ سنة 1996، حسب قاعدة بيانات “آس جي آر” حيث أنتجت الجامعات العربية ما يقارب 3.7 منشورات علمية في السنة لكل ألف من السكان، بينما تنتج الجامعات الأوروبية ما يزيد عن 80 منشورا، إذ تحتل الصدارة، سويسرا بـ90 منشورا، بينما كل من فرنسا والبرتغال وإسبانيا وإيطاليا في مؤخرة القائمة بمعدل 30 منشورا.


أكد البروفيسور الجزائري، نوار ثابت، عميد كلية العلوم لجامعة الشارقة، أن وضع المنشورات والبحوث العلمية في العالم العربي “غير مريح”، مقارنة بما تنتجه أوروبا منذ سنة 1996، حسب قاعدة بيانات “آس جي آر” حيث أنتجت الجامعات العربية ما يقارب 3.7 منشورات علمية في السنة لكل ألف من السكان، بينما تنتج الجامعات الأوروبية ما يزيد عن 80 منشورا، إذ تحتل الصدارة، سويسرا بـ90 منشورا، بينما كل من فرنسا والبرتغال وإسبانيا وإيطاليا في مؤخرة القائمة بمعدل 30 منشورا.

 وسلط البروفيسور الضوء في مقال نشره عبر صفحته الرسمية ” فايسبوك”، على دول الخليج التي تتقدم حسبه عن غيرها في العالم العربي بمعدل 6 منشورات حيث تحتل مؤخرة القائمة كل من المغرب والعراق وليبيا والسودان واليمن والجزائر، مشيرا بأنها حقائق مؤلمة يمكن أن تفسر ولا تبرر، مضيفا في ذات السياق عدم الاستغراب من تقدم دول الخليج في تسجيل اكبر عدد من البحوث والمنشورات العلمية لاهتمامها بتطوير التعليم في كل مراحله من المدرسة الى الجامعة على غرار بناء بنية تحتية متينة للبحث لا يوجد مثلها في بعض الدول الغربية، لاستقطابها أساتذة وباحثين من كل أنحاء العالم.

وعرج عميد كلية العلوم بجامعة الشارقة إلى قاعدة بيانات سكوبس التي تحتوي على ملخصات ومراجع من مقالات منشورة في مجلات أكاديمية، من أجل مقارنة أداء الجامعات الجزائرية بغيرها من الدول العربية في مجال البحث العلمي، حيث تم انتقاء جامعتين عربيتين كجامعة الملك فهد للبترول بالظهران، وجامعة الشارقة، ليتبين -حسبه- أن جامعات هواري بومدين بباب الزوار ، ووهران، وقسنطينة 1، وسطيف، وعنابة، نشرت في مجملها مابين 300 و500 بحث علمي خلال سنة 2020، في حين أنتجت جامعة الملك فهد للبترول والمعادن بالظهران في نفس السنة أكثر من 2000 بحث وجامعة الشارقة 1500 بحث.

ووجد البروفيسور في بحثه حسب معدل ما ينشره كل أستاذ في هذه الجامعات، أنه لا يتجاوز 0.3 منشور في السنة لكل أستاذ في الجامعات الجزائرية المذكورة، بينما معدل جامعة الشارقة 2.1، ومعدل جامعة الملك فهد 1.7 منشور لكل أستاذ. بمعنى أن الأستاذ في الجامعتين الخليجيتين، ينتج أكثر من ستة أضعاف، ما ينتجه الأستاذ في الجامعات الجزائرية المذكورة، مذكرا في ذات السياق، بأن هذه الأرقام لا يريد أن يطلع عليها من تولوا قطاع التعليم العالي والبحث العلمي بالجزائر منذ عقود، حيث تعكس -حسب قوله- الوضع الكارثي للجامعة الجزائرية في صورته العامة، حيث لا ينطبق الحكم على جميع الأساتذة.

وسجل نوار ثابت في منشوره عدة أساب قال إنها وراء تأخر جامعاتنا كانعدام البيئة البحثية التي تشجع الأستاذ على العمل في المختبر بعد ساعات العمل والتي تمكنه من إنجاز أبحاث بالجودة العالمية المطلوبة، حيث لايزال الباحثين وطلاب الدراسات العليا بالجزائر يسافرون إلى الشرق والغرب من اجل إجراء تجارب مختبرية بسيطة استحال عليهم القيام بها في الجزائر، لنبقى غير متحررين من التبعية وعدم الإنفاق على تطوير البيئة التحتية المحلية.

https://www.echoroukonline.com

13/01/2021

Lire la suite

بمعدل 0.3 بحث في السنة بسبب انعدام البيئة البحثية بعد ساعات العمل

أساتذة الجامعة في الجزائر الأقل بحثا في الوطن العربي

  500بحث علمي منشور بالجامعات الجزائرية خلال سنة 2020

أكد البروفيسور الجزائري، نوار ثابت، عميد كلية العلوم لجامعة الشارقة، أن وضع المنشورات والبحوث العلمية في العالم العربي “غير مريح”، مقارنة بما تنتجه أوروبا منذ سنة 1996، حسب قاعدة بيانات “آس جي آر” حيث أنتجت الجامعات العربية ما يقارب 3.7 منشورات علمية في السنة لكل ألف من السكان، بينما تنتج الجامعات الأوروبية ما يزيد عن 80 منشورا، إذ تحتل الصدارة، سويسرا بـ90 منشورا، بينما كل من فرنسا والبرتغال وإسبانيا وإيطاليا في مؤخرة القائمة بمعدل 30 منشورا.


أكد البروفيسور الجزائري، نوار ثابت، عميد كلية العلوم لجامعة الشارقة، أن وضع المنشورات والبحوث العلمية في العالم العربي “غير مريح”، مقارنة بما تنتجه أوروبا منذ سنة 1996، حسب قاعدة بيانات “آس جي آر” حيث أنتجت الجامعات العربية ما يقارب 3.7 منشورات علمية في السنة لكل ألف من السكان، بينما تنتج الجامعات الأوروبية ما يزيد عن 80 منشورا، إذ تحتل الصدارة، سويسرا بـ90 منشورا، بينما كل من فرنسا والبرتغال وإسبانيا وإيطاليا في مؤخرة القائمة بمعدل 30 منشورا.

 وسلط البروفيسور الضوء في مقال نشره عبر صفحته الرسمية ” فايسبوك”، على دول الخليج التي تتقدم حسبه عن غيرها في العالم العربي بمعدل 6 منشورات حيث تحتل مؤخرة القائمة كل من المغرب والعراق وليبيا والسودان واليمن والجزائر، مشيرا بأنها حقائق مؤلمة يمكن أن تفسر ولا تبرر، مضيفا في ذات السياق عدم الاستغراب من تقدم دول الخليج في تسجيل اكبر عدد من البحوث والمنشورات العلمية لاهتمامها بتطوير التعليم في كل مراحله من المدرسة الى الجامعة على غرار بناء بنية تحتية متينة للبحث لا يوجد مثلها في بعض الدول الغربية، لاستقطابها أساتذة وباحثين من كل أنحاء العالم.

وعرج عميد كلية العلوم بجامعة الشارقة إلى قاعدة بيانات سكوبس التي تحتوي على ملخصات ومراجع من مقالات منشورة في مجلات أكاديمية، من أجل مقارنة أداء الجامعات الجزائرية بغيرها من الدول العربية في مجال البحث العلمي، حيث تم انتقاء جامعتين عربيتين كجامعة الملك فهد للبترول بالظهران، وجامعة الشارقة، ليتبين -حسبه- أن جامعات هواري بومدين بباب الزوار ، ووهران، وقسنطينة 1، وسطيف، وعنابة، نشرت في مجملها مابين 300 و500 بحث علمي خلال سنة 2020، في حين أنتجت جامعة الملك فهد للبترول والمعادن بالظهران في نفس السنة أكثر من 2000 بحث وجامعة الشارقة 1500 بحث.

ووجد البروفيسور في بحثه حسب معدل ما ينشره كل أستاذ في هذه الجامعات، أنه لا يتجاوز 0.3 منشور في السنة لكل أستاذ في الجامعات الجزائرية المذكورة، بينما معدل جامعة الشارقة 2.1، ومعدل جامعة الملك فهد 1.7 منشور لكل أستاذ. بمعنى أن الأستاذ في الجامعتين الخليجيتين، ينتج أكثر من ستة أضعاف، ما ينتجه الأستاذ في الجامعات الجزائرية المذكورة، مذكرا في ذات السياق، بأن هذه الأرقام لا يريد أن يطلع عليها من تولوا قطاع التعليم العالي والبحث العلمي بالجزائر منذ عقود، حيث تعكس -حسب قوله- الوضع الكارثي للجامعة الجزائرية في صورته العامة، حيث لا ينطبق الحكم على جميع الأساتذة.

وسجل نوار ثابت في منشوره عدة أساب قال إنها وراء تأخر جامعاتنا كانعدام البيئة البحثية التي تشجع الأستاذ على العمل في المختبر بعد ساعات العمل والتي تمكنه من إنجاز أبحاث بالجودة العالمية المطلوبة، حيث لايزال الباحثين وطلاب الدراسات العليا بالجزائر يسافرون إلى الشرق والغرب من اجل إجراء تجارب مختبرية بسيطة استحال عليهم القيام بها في الجزائر، لنبقى غير متحررين من التبعية وعدم الإنفاق على تطوير البيئة التحتية المحلية.

https://www.echoroukonline.com

13/01/2021

Fermer


Nora Khaldi, Algéro-Irlandaise et mathématicienne renommée 

Les réseaux sociaux algériens se passionnent ces dernières heures pour Nora Khaldi, une chercheuse d’une quarantaine d’années présentée par les internautes comme étant d’origine algérienne, de la wilaya de Tébessa.

« Nora Khaldi est de Tebessa. Elle appartient à une très vieille famille de Nememcha (chaouiya).  Elle est algérienne, titulaire d’un doctorat d’État en mathématiques. La chercheuse, et professeure, est une sommité mondiale dans la recherche en bio-informatique. La scientifique algérienne est célèbre dans le monde entier, notamment pour sa découverte de nouveaux médicaments fabriqués à partir de molécules présentes dans la nourriture », affirme une publication relayée, depuis hier soir, par plusieurs pages sur le réseau social Facebook.

Nora Khaldi est mathématicienne titulaire d’un doctorat en évolution moléculaire et bioinformatique. Des médias étrangers la présentent comme étant « de mère Irlandaise et de père Franco-Algérien ». Certains médias la présentent toutefois comme « Irlandaise », sans référence à ses origines algériennes.

Nora Khaldi, fondatrice d’une startup

Ses recherches se sont principalement concentrées sur l’évolution des protéines et la génomique comparative. Elle est également fondatrice de Nuritas, une startup combinant les sciences de la vie et l’intelligence artificielle (IA) pour extraire les données d’ADN et de protéines de matériel végétal.

« Mon background est purement mathématique et j’ai toujours été une grande fan de biologie alors j’ai cherché quelque chose qui pourrait combiner les deux disciplines qui sont généralement très séparées », explique Mme Khaldi dans un entretien accordé au Trinity College de Dublin (Irlande), où elle a obtenu son doctorat après avoir été diplômée en mathématiques à l’université Aix-Marseille.

« J’ai quitté l’université début 2014 pour fonder Nuritas et depuis, nous avons fait d’énormes progrès. L’entreprise est passée de n’employer que moi-même à une équipe actuelle d’un peu moins de 20 personnes et nous recrutons constamment. Nous avons nos propres laboratoires et avons inventé et découvert d’incroyables nouveaux peptides thérapeutiques, déposé de nombreux brevets et commencé de nombreuses études cliniques », affirme Nora Khaldi, citée par la même source.

Une levée de fonds de 65 millions d’euros

Au mois de juillet 2019, la startup de Mme Khaldi avait levé 65 millions d’euros auprès de plusieurs investisseurs tel que le célèbre groupe de rock irlandais U2 ou encore la banque européenne d’investissement. Nuritas affirme que son processus de découverte de médicaments par apprentissage automatique affichait un taux de réussite de 60%, bien plus élevé que les autres de l’industrie pharmaceutique.

Le succès de la startup est tel que Nuritas a signé un accord de collaboration avec le géant de l’agroalimentaire Nestlé en février 2018. Cette collaboration vise à découvrir des peptides bioactifs dérivés de l’alimentation grâce à l’intelligence artificielle. Les travaux de Mme Khaldi lui ont également permis de remporter en 2017 le prix « Etoile montante » décerné lors des Tech Excellence Awards.

« Mon objectif est de faire progresser la santé à l’échelle mondiale et d’aider les gens du monde entier à accéder à des ingrédients thérapeutiques qui peuvent les aider à prévenir les maladies, à vivre en meilleure santé plus longtemps et à gérer ou guérir les maladies. Et jusqu’à ce que j’aie atteint cet objectif, je sens que je n’ai pas réalisé tout ce qui est possible », a affirmé Nora Khaldi.

nora-khaldi.jpg

Par Lynda Hanna

Publié le: 10 janv. 2021 sur Visa-algerie.com

https://www.visa-algerie.com/nora-khaldi-algero-irlandaise-et-mathematicienne-renommee

Lire la suite

Nora Khaldi, Algéro-Irlandaise et mathématicienne renommée 

Les réseaux sociaux algériens se passionnent ces dernières heures pour Nora Khaldi, une chercheuse d’une quarantaine d’années présentée par les internautes comme étant d’origine algérienne, de la wilaya de Tébessa.

« Nora Khaldi est de Tebessa. Elle appartient à une très vieille famille de Nememcha (chaouiya).  Elle est algérienne, titulaire d’un doctorat d’État en mathématiques. La chercheuse, et professeure, est une sommité mondiale dans la recherche en bio-informatique. La scientifique algérienne est célèbre dans le monde entier, notamment pour sa découverte de nouveaux médicaments fabriqués à partir de molécules présentes dans la nourriture », affirme une publication relayée, depuis hier soir, par plusieurs pages sur le réseau social Facebook.

Nora Khaldi est mathématicienne titulaire d’un doctorat en évolution moléculaire et bioinformatique. Des médias étrangers la présentent comme étant « de mère Irlandaise et de père Franco-Algérien ». Certains médias la présentent toutefois comme « Irlandaise », sans référence à ses origines algériennes.

Nora Khaldi, fondatrice d’une startup

Ses recherches se sont principalement concentrées sur l’évolution des protéines et la génomique comparative. Elle est également fondatrice de Nuritas, une startup combinant les sciences de la vie et l’intelligence artificielle (IA) pour extraire les données d’ADN et de protéines de matériel végétal.

« Mon background est purement mathématique et j’ai toujours été une grande fan de biologie alors j’ai cherché quelque chose qui pourrait combiner les deux disciplines qui sont généralement très séparées », explique Mme Khaldi dans un entretien accordé au Trinity College de Dublin (Irlande), où elle a obtenu son doctorat après avoir été diplômée en mathématiques à l’université Aix-Marseille.

« J’ai quitté l’université début 2014 pour fonder Nuritas et depuis, nous avons fait d’énormes progrès. L’entreprise est passée de n’employer que moi-même à une équipe actuelle d’un peu moins de 20 personnes et nous recrutons constamment. Nous avons nos propres laboratoires et avons inventé et découvert d’incroyables nouveaux peptides thérapeutiques, déposé de nombreux brevets et commencé de nombreuses études cliniques », affirme Nora Khaldi, citée par la même source.

Une levée de fonds de 65 millions d’euros

Au mois de juillet 2019, la startup de Mme Khaldi avait levé 65 millions d’euros auprès de plusieurs investisseurs tel que le célèbre groupe de rock irlandais U2 ou encore la banque européenne d’investissement. Nuritas affirme que son processus de découverte de médicaments par apprentissage automatique affichait un taux de réussite de 60%, bien plus élevé que les autres de l’industrie pharmaceutique.

Le succès de la startup est tel que Nuritas a signé un accord de collaboration avec le géant de l’agroalimentaire Nestlé en février 2018. Cette collaboration vise à découvrir des peptides bioactifs dérivés de l’alimentation grâce à l’intelligence artificielle. Les travaux de Mme Khaldi lui ont également permis de remporter en 2017 le prix « Etoile montante » décerné lors des Tech Excellence Awards.

« Mon objectif est de faire progresser la santé à l’échelle mondiale et d’aider les gens du monde entier à accéder à des ingrédients thérapeutiques qui peuvent les aider à prévenir les maladies, à vivre en meilleure santé plus longtemps et à gérer ou guérir les maladies. Et jusqu’à ce que j’aie atteint cet objectif, je sens que je n’ai pas réalisé tout ce qui est possible », a affirmé Nora Khaldi.

nora-khaldi.jpg

Par Lynda Hanna

Publié le: 10 janv. 2021 sur Visa-algerie.com

https://www.visa-algerie.com/nora-khaldi-algero-irlandaise-et-mathematicienne-renommee

Fermer


L’Université Djilali Liabès de Sidi Bel Abbès a réussi à se frayer une place dans le classement thématique de Shanghai pour l’année 2020.

Ainsi, l’Université Djilali Liabès s’est illustrée dans trois thématiques différentes, dont le Faculté de génie civil s’est positionnée dans le TOP 150 (101-150), celle de génie mécanique dans le TOP 300 (201-300) tandis que la Faculté de science et ingénierie des matériaux s’est classée dans le TOP 500 (401-500).

A cette occasion, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique (MESRS) Abdelbaki Benziane a tenu à remercier le recteur de la seule université algérienne qui se distingue pour les efforts consentis pour le progrès de la recherche scientifique en Alger et l’entrée dans le classement mondial dans des spécialités importantes.

En outre, il a incité les responsables concernés à poursuivre les efforts dans le cadre du soutien et d’encouragement des chercheurs afin que l’Université algérienne retrouve sa place.

Source : https://nessahra.net/le-classement-shanghai-2020-une-universite-algerienne-fait-son-entree-dans-le-classement-mondial

Lire la suite

L’Université Djilali Liabès de Sidi Bel Abbès a réussi à se frayer une place dans le classement thématique de Shanghai pour l’année 2020.

Ainsi, l’Université Djilali Liabès s’est illustrée dans trois thématiques différentes, dont le Faculté de génie civil s’est positionnée dans le TOP 150 (101-150), celle de génie mécanique dans le TOP 300 (201-300) tandis que la Faculté de science et ingénierie des matériaux s’est classée dans le TOP 500 (401-500).

A cette occasion, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique (MESRS) Abdelbaki Benziane a tenu à remercier le recteur de la seule université algérienne qui se distingue pour les efforts consentis pour le progrès de la recherche scientifique en Alger et l’entrée dans le classement mondial dans des spécialités importantes.

En outre, il a incité les responsables concernés à poursuivre les efforts dans le cadre du soutien et d’encouragement des chercheurs afin que l’Université algérienne retrouve sa place.

Source : https://nessahra.net/le-classement-shanghai-2020-une-universite-algerienne-fait-son-entree-dans-le-classement-mondial

Fermer